L'haptopsychothérapie

Approche thérapeutique avec l'haptonomie

haptopsychothérapie

Approche thérapeutique avec l'haptonomie : l'Haptopsychothérapie.

Elle vise à aider la personne à établir, restaurer ou développer sa santé psychoaffective. Dans l’approche haptonomique c’est la personne du souffrant qui est accueillie dans toute son entièreté, dans toute la globalité de son être, elle n’est pas réduite à son symptôme.

L’haptopsychothérapie permet un abord original des troubles dus à des carences affectives très précoces.

Au cours des toutes premières rencontres, la personne, dans le vécu sensible avec le thérapeute, va s’enhardir à sentir, éprouver, découvrir ses perceptions, ses sensations, ses émotions. Elle va découvrir et reconnaître les restrictions et limitations qui, dans le domaine affectif, se sont établies chez elle en réponse aux manques et frustrations de sa vie relationnelle avec autrui.

Elle découvre qu’au-delà des adaptations inadéquates d’appréhension et de crainte qu’elle a bâties au mieux de ce qu’elle pouvait, elle a la capacité de mettre en œuvre des facultés affectives qui lui sont singulières et qui restaient en attente.

Peu à peu, elle explore ses propres facultés affectives, elle ne craint plus de vivre ses sentiments, elle restaure et développe son goût de vivre et mûrit sa relation affective avec ses semblables. Elle développe des sentiments de sécurité intérieure, de conscience de soi et de confiance en-soi.

Les expériences relationnelles éprouvées lors des rencontres thérapeutiques, dans ce qu’elles ont de confirmant et d’inédit, conduisent à un remaniement du monde vécu, de la représentation intériorisée de soi-même.

Vivre son propre bon dans la relation à l’autre contribue peu à peu à ces transformations psychiques et affectives.

La thérapie ne met jamais en œuvre d’apprentissages ou de techniques visant “à corriger” une manière d’être corporelle : cela bloquerait la libération des sentiments et des émotions.

L’haptonomie n’est pas une  “technique”, on ne  “fait” pas d’haptonomie, pas plus qu’on ne “fait l’amour ou de la musique”. Tant le verbe faire est associé au registre de l’avoir.

Un tel engagement, un tel pacte entre soi même et la vie humaine engage la dimension de l’être, une modification dans ma façon de me tenir au monde, dans le monde.

Soutenir ce qui est en germe, ce qui est possible, nous ne résolvons pas le problème, nous attendons que ce qui ne va pas s’étiole.

Nous cheminons dans le chemin de moindre résistance de la personne.

Attendre qu’un champ des possibles s’ouvre. Il y a un grand respect de la temporalité de la personne (Ce qui sied pour l’autre à ce moment là.

Le contact sécurisant apaise et dynamise en même temps, il remet en mouvement, la personne retrouve son souffle, l’aggrédior est réveillé. 

Le soutien haptonomique permet une retraversée de l’enfer (une régression, une levée d’engramme d’un événement traumatique). Une rumination du passé peut s’arrêter, c’est dans l’ici et maintenant qu’il y a du possible : une cicatrice se forme (il y a de l’ombre et de la lumière, des forces vives, dégagées des herbes folles qui asphyxiaient aptitudes et dons). 

Contribuer à redonner à quelqu’un la possibilité de pouvoir, n’implique pas d’avoir du pouvoir sur cette personne.

Nous invitons la personne à se porter avec notre soutien. 

Des actes haptonomiques sont proposés : de modelage, de portage, de soutien, d’invitation, de rencontre, de consolation, d’offre de créations…

Il est proposé à la personne de se mettre en sous-vêtements sur la table d’haptonomie          ( mais ce n’est pas systématique)

L'éthique en haptonomie

Présence

Ouvrir un espace de rencontre par sa présence à l'autre.

Transparence

Pas d'équivoque, on s'adresse à la personne dans toute sa corporalité animée. (FV parle d'amour contenu).

Prudence

Etre là avec l'autre sans rien lui demander, l'inviter dans son intentionnalité vitale, l'aider à vivre le bon en lui.

C'est la vivance du thérapeute qui éveille et soutient la vivance vacillante, blessée ou traumatisée du patient

JL Revardel